• J’ai commencé à éduquer des chiens à l’âge de 7 ans ...

    Je n’avais à l’époque aucune connaissance sur le comportement canin , j’ai appris via mes cobayes que je 

    remercie aujourd’hui grandement : Patou le basset , Pistache la boxer , Tchimaï le golden , Myrtille la berger des

    Pyrénées et leurs propriétaires qui m’ont fait confiance malgré mon jeune âge et

    inexpérience . J’étais menue et jeune et je gérais mes nouveaux amis 

    au collier étrangleur ( oui oui cette phrase est incohérente !) , car pour le commun des humains la force physique

    est plus viable que la complicité avec l’animal (nouvelle incohérence .... Allez baser une saine relation sur ce

    principe !). Bref tout ça pour dire que j’ai commencé comme la grande majorité par l’éducation coercitive .... 

    par manque d’indépendance intellectuelle sans aucun doute ... 

     

    L'ouverture d'esprit n'est pas une fracture du crâne

     

    Presque 20 ans plus tard (damned que je suis vielle !!) , ma structure montée depuis quatre ans , mes propres 

    chiens , mes expériences , j’ai évidemment évolué. J'interviens principalement dans la rééducation canine et

    je prends énormément de plaisir là dedans.

     

    J’ai compris que le renforcement positif n’était pas une méthode mais une philosophie. Et lorsqu’on l’appliquait

    sur les chiens il était impensable de ne pas le faire dans notre quotidien. 

    En France nous sommes les champions du monde pour les sanctions : notes , contraventions , points en moins 

    sur le permis , punitions , nous soulignons avec délectation les échecs et nous congratulons uniquement les

    réussites finales. Nous partons du postulat simple que tout ce qui est acquis n’est pas à récompenser et que nous 

    apprenons via les sanctions (psychologique ou physique). Le résultat de ce dogme est le suivant : des êtres qui 

    ne vont plus essayer , qui vont moins s’investir , qui vont faire le strict minimum pour ne pas atteindre la 

    punition car prendre des initiatives c’est prendre le risque de se tromper (et donc se faire sanctionner). 

    C’est exactement la même chose pour la gente canine. 

     

    Le renforcement positif n'est pas une méthode ... mais une philosophie !

     

     

     

    Alors attention je vous vois déjà venir «mais avec cette façon de penser il n’y a plus de limites , respect , moyen

    de pression ....» ... C’est tout le contraire .... On renforce ce que l’on veut garder et ignore ce que l’on veut 

    supprimer. Si tout est expliqué de cette façon là , l’éducation se fait comme dans du beurre. 

    Je pense que la mauvaise volonté n’existe pas, chez les humains comme chez les chiens , je pense que tout est 

    explicable et que l’éducateur qu’il soit canin ou humain est obligé de s’adapter pour faire progresser l’être 

    unique dont il a la charge, il n’y a pas de protocole , recette toute faite le maître mot est ADAPTABILITE. Nous

    avons tous notre passé , nos valises (lourdes , très lourdes pour certains) et nous avons tous la possibilité de 

    progresser ( à notre rythme certes). Le chien battu , comme le chien faussement agressif qui a trouvé renforçant 

    d’agresser pour se sentir en confort ....  

     

    Le clicker dans tout ça ?

     

     Bien au final ce n’est pas grand chose ... Car lorsque vous avez cette philosophie vous avez déja fait 90% du 

    chemin le reste n’est que de la technique (timing , lois d’apprentissage , façon de fractionner les exercices ....)! 

    Néanmoins le clicker a des avantages assez bluffants que j’aime utiliser pour accélérer l’apprentissage , car il

    l’augmente de 3 à 5 fois car :

     

     

    - Neutralité 

    - Précision 

    - Fait intervenir la mémoire à long terme 

     

    Je sais que cet outil gène bon nombre de personnes : «déshumanisant» , «créer des robots» ... Mais mes amis ... 

    Nous ne fonctionnons QUE via des conditionnements , l’unique différence est que ce conditionnement est 

    matérialisé par un son perceptible. 

    Je vais travailler parce que je que vais avoir un salaire , je fais la vaisselle pour pouvoir me faire un gâteau , je 

    fais le ménage pour me sentir bien , j’étudie pour avoir mon diplôme.... 

     

    Une petite vidéo qui illustre parfaitement notre façon de fonctionner :nous sanctionnons l’échec (ici par le rire 

    du petit frère) et ne notons pas les réussites. 

    La finalité est de faire les lacets mais .... Il y a beaucoup d’étapes à récompenser avant d’en arriver là et surtout 

    différentes façons d’y parvenir ! 

    On peut sanctionner chaque erreur (un simple non , ou rire suffit), ou alors fractionner l’exercice en multiples 

    réussites en gardant l’envie , la motivation et en valorisant l’apprenant. «Tu t’es trompé ? Et ALORS ! Je vais 

    changer quelque chose pour que tu y arrives , en réduisant mes critères d’exigences , en m’adaptant à toi pour

    que tu puisses réussir.» . Car la vraie leçon ici c'est que ce n'est pas à l'apprenant de s’adapter mais bel est bien 

    à son professeur ...

     

     

    Depuis avril 2016 , j'ai la grande chance de pouvoir travailler dans deux SPA afin de former les

    salariés et bénévoles.

    Je dois ainsi gérer des humains et des chiens et il est essentiel pour moi de valoriser les deux !

    Je savoure chacune de mes interventions tellement elles sont riches en échanges ... je ne pensais pas en retirer

    autant  ! Voici une session sur une chienne qui refusait de monter en voiture. Vous pouvez trouver d'autres

    vidéos sur la page facebook si vous le souhaitez. Ma fierté ici c'est le travail de Catherine et la coopération de

    Saya.

     

     Merci d'avoir pris le temps pour cet article caninement votre

     

     

    Fanny  

     


    votre commentaire
  •  

     

    « C'est arrivé d'un coup » , « Vraiment je ne comprends pas mon chien , « Il exagère » , « Il ne fait aucun effort » …

     

    Aucun comportement ne découle du hasard , AUCUN ! Ils ont tous une origine et un but.

     

    A partir du moment où vous percevez un changement comportemental chez votre animal quelque chose est arrivé. Un incident , une succession d'incohérences , des besoins non assouvis , troubles physiologiques … peu importe l'origine à vrai dire il faut simplement prendre en compte le fait que l'apparition de troubles comportementaux est une forme d'adaptation , de survie.

     

     

    Comment peuvent s'ancrer les troubles comportementaux :

     

    L'ancrage des troubles comportementaux, si nous allons tenter ici de le généraliser, ne l'est pas vraiment puisqu'il va dépendre : de l'âge de l'individu (s'il est dans une période sensible ou non) , de l'individu lui même , de la variable d'entrée (incohérence , incident ….) de l'intensité et de la fréquence de cette variable d'entrée. Toutes ces données pouvant se croiser , tout cela pour que vous pussiez comprendre la complexité du phénomène.

     

    Chaque changement comportemental est une adaptation à l'environnement. Il a une fonction bien précise => retrouver le confort.

     

    1- Comment peut on ancrer négativement un comportement (R-/P+)

    Prenons un exemple tout simple qui est la malpropreté chez le jeune chien.

     

    Un chiot peut être assez facilement propre dès ses 3 mois s'il est régulièrement sorti , si son espace nuit est réduit et s'il est félicité lorsqu'il fait à l’extérieur (liste non exhaustive).

    Pourtant il est très fréquent que je sois appelée pour des problèmes de propreté sur des jeunes chiens de 8 à 13 mois.

     

    Pourquoi ? Car si pour nous le fait de ne pas faire à l'intérieur est une évidence , pour le chiot la seule règle est de ne pas faire : sur son lieu de couchage et proche des ressources alimentaires (gamelles). La propreté à la maison n'a absolument rien de logique pour le chien.

     

    Que font la majorité des propriétaires lorsqu'ils voient uriner leur chiot ?

    Ils sanctionnent psychologiquement ou physiquement l'animal. Quelles vont être les répercussions sur le chiot ?

     

    • Perte de confiance vis à vis de ses propriétaires (la propreté n'ayant rien de logique pour le chiot à l'intérieur)

    • Il va comprendre qu'il ne faut pas uriner devant des humains

    • Il va avoir du mal à faire en balade (car avec des humains)

    • Il va se cacher pour faire ses besoins (idem dans la maison)

    • Il va se retenir au maximum => troubles physiologiques + psychologiques

     

    Ceci arrive très souvent malheureusement et cela peut déjà avoir de grosses répercussions sur l'animal.

    2-Comment peut on ancrer positivement un comportement : Modification du comportement en R+/P-

    Prenons cette fois ci l'exemple d'un chiot qui saute.

    Je vais lui expliquer que dès qu'il s’assoit il va recevoir une friandise (+) et dès qu'il me saute dessus je vais l'ignorer (-). Le calcul est assez simple , puisqu'il recherche le confort il va très vite préférer l'option « assis » pour recevoir :

     

    • Friandise

    • Maître satisfait (votre attitude)

    • Interaction positive

    • Attention de son maître

    • Activité partagée

    Que faire lorsque mon animal développe des troubles comportementaux ? :

     

    Un chien qui se met en auto-défense dès qu'il voit un congénère ou un humain est un chien qui a peur pour sa vie , il va de ce fait chercher soit à éloigner ce qui nuit à son confort ( agression) soit chercher à le fuir ( mais généralement les harnachements empêchant les animaux de fuir , ils agressent) . Il ne peut plus raisonner à ce moment précis, il est dans une stratégie de survie.

     

    (ATTENTION A NE SURTOUT PAS REPRODUIRE , CECI POUR VOUS MONTRER CE QU'IL NE FAUT PAS FAIRE)

    Par exemple dans cette vidéo le chien fait de la protection de ressource , il associe déjà l'humain à un danger pour sa survie (qui peut l'empêcher de se nourrir).

    Le fait d'intervenir de cette façon là , ne fait qu'ancrer le comportement. C'est une façon totalement illogique de gérer ce problème.

    • le chien va anticiper de plus en plus rapidement
    • il ne va plus prévenir (puisque le fait qu'il prévienne est ici sanctionné). 
    • ne va plus avoir confiance 
    • le comportement va être ancré
    • les repas vont être douloureux et stressants

     

    (ATTENTION A NE SURTOUT PAS REPRODUIRE , CECI POUR VOUS MONTRER CE QU'IL NE FAUT PAS FAIRE)

     

    Lorsque des troubles comportementaux apparaissent il vous faut déterminer :

     

    • Origine si elle est facilement déterminable => il faut travailler dessus et ne pas avoir honte d'appeler un professionnel (en renforcement positif).

    • Si vous ne pouvez pas la déterminer seul(e) :

    1. Appeler un professionnel qui fonctionne en renforcement positif

    2. Visite contrôle chez le vétérinaire (bilan sanguin)

    3. Ostéopathe (Adresses sur toute la France ICI)

     

    Avant toute rééducation comportementale il faut s'assurer que les changements de comportement ne découlent pas d'un trouble physiologique.

     

     

     

    Conclusion :

     

    L’apparition de troubles comportementaux est un signal d'alarme de la part de votre animal et ils ont pour fonction sa survie.

    Je veux vous faire comprendre ici que vous ne devez absolument pas les sanctionner car il est forcément arrivé quelque chose et votre animal en souffre.

     

    Peut-être en êtes vous à l'origine ? Cela arrive , nous faisons tous des erreurs et c'est comme cela que nous apprenons. Vous culpabiliser n'aide en rien l'animal , il faut changer et entamer au plus vite une rééducation.

     

    Soyez empathiques ( et logiques !) , les lois d'apprentissages et d'adaptations sont les mêmes concernant toutes les espèces. Comment voudriez vous qu'on vous aide si vous aviez une phobie ? Si vous aviez été battu(e)s ? Si vous arriviez dans un nouveau pays en ne connaissant pas la langue ? (car c'est ce qui arrive aux chiots).

     

    Vous devez être un moteur à succès pour votre animal et rappelez vous qu' aucun comportement ne découle du hasard qu'il soit négatif comme positif … Vous pouvez être le moteur comme le frein … Ceci n'est qu'une question de choix.

     

     

    Caninement votre,

     

    Fanny Walther

     


    1 commentaire
  • A l'heure actuelle dans le monde canin , on entend beaucoup parler d'autocontrôle. Ce sujet fait l'objet de nombreux articles et stages.

     

     

     

     

    I- Mais avant tout qu'entend-on par  autocontrôles ?

     

    N'ayant pu vous trouver une définition toute faite en voici une de mon cru:

     

    Un autocontrôle c'est la capacité de gérer ses émotions face aux modifications de son environnement. Ils se mettent en place dès la troisième semaine de la vie du chiot avec la mère et la fratrie et doivent être entretenus et renforcés par la maître.  Ils sont essentiels pour vivre en harmonie avec son chien.

     

    Ainsi l'inhibition de la morsure est assimilée dans les premières semaines de vie lors des interactions avec la mère et la fratrie.

     

    Par contre c'est au maître que revient le rôle d'apprendre à gérer les interactions entre chiens et humains, comme par exemple le fait de ne pas sauter sur les gens.

     

    Les autocontrôles sont en corrélation directe avec la frustration , puisque sans cette dernière ils ne pourront pas être mis en place.

     

    Elle doit donc être partie intégrante de l'éducation du chien et ce dès son arrivée dans son nouveau foyer (même si vraiment il est trop mignon !).

     

    Causes primaires d'un manque d'autocontrôle

     

    1- Mère indigne

    2- Chiot unique dans la portée

    3- Portée trop nombreuse

    4-Génétique déficiente 

    5- Stimulation insuffisante

    6- Stimulation trop importante

     

    C'est ce sixième point que je souhaite plus particulièrement développer.

     

     II-Ne mettez pas la charrue avant les bœufs !

     

    Les autocontrôles pour TOUS !

     

    L'éducation d'un chien peut se comparer à l'édification d'une maison. Sans une architecture pensée et des fondations  solides, votre maison risque d'être bancale. Une fois l’édifice en place il est difficile de remédier au problème (sans tout raser) , il va falloir bricoler ... Une fuite par ci , une cale à mettre par là ...bref c'est la merde ! (scusez les amis !)

     

    Avec l'engouement des sports canins ( agility , obeissance rythmée , obeissance , flyball … ) , les priorités de l'éducation ne sont bien souvent pas respectées. En effet nous pouvons faire divers constats :

     

    Premièrement : L’exigence est bien plus importante qu'il y a une dizaine d'années , les chiens doivent être de véritables athlètes pour espérer se hisser sur les podiums et l'éducation est essentiellement axée sur la préparation physique au détriment du reste .

    Deuxièmement : Afin de répondre au mieux aux exigences de la compétition , les chiens sont préparés de plus en plus tôt, ce qui veut dire sur-stimulés de plus en plus tôt.

     

     Troisièmement : La plupart des chiens sélectionnés pour les sports canins , sont très demandeurs d'interactions avec les maîtres et de ce fait facilement excitables. 

     

    De nos jours les athlètes canins sont rendus "hyper actifs". Exacerber la prédation , la montée en excitation ce n'est pas sain d'un point de vue comportemental et entraîne une instabilité émotionnelle de  l'animal.

     

    Un chien qui va "dégoupiller" à chaque stimulation et qui sera certes partant pour tout sera difficilement gérable dans la vie de tous les jours. Certains par facilité utilisent la contention ou d'autres moyens encore moins sympathiques pour l'animal.

     

    Pourquoi ne pas "construire" les animaux correctement dès le début et peaufiner les détails techniques par la suite ? 

    Les  fondamentaux (autocontrôles) doivent absolument être mis en place avant toute carrière sportive . 

     

     III- Les fondations : Les murs avant la peinture !

     

    Les autocontrôles pour TOUS !

     

    Il est vrai qu'à l'arrivée d'une nouvelle recrue nous avons une crainte plus ou moins inconsciente : que le chiot ne corresponde pas à nos attentes.

    Moi même avec la petite dernière j'ai voulu tester son intérêt pour les moutons , alors que c'est prendre beaucoup de risques pour pas grand chose (coups , peur , mauvaise gestion de l’environnement , frustration beaucoup trop importante ...) Personne n'est parfait hein ?

     

    Voici les fondamentaux qu'il faut absolument aborder avant toute autre chose et qui permettront à votre chien d'acquérir les autrocontrôles pour une vie harmonieuse :

     

    1- Créer une relation , via des balades , en groupe et seul avec votre chiot

    2- Apprendre au chiot à se poser, même en votre présence

    3- Gérer de la propreté

    4- Gérer la nourriture 

    5- Travailler la marche en laisse

    6-  Découvrir de nouveaux environnements , nouvelles personnes ,

    7- Rencontrer des congénères adultes stables

    8-  Apprendre à revenir malgré un environnement stimulant (rappel)

    9-  Se laisser manipuler sans stress (medical training / brossage / couper les ongles ...)

    10- Apprendre la solitude

    11- Apprendre les règles de savoir vivre ( ne pas sauter , ne pas mordiller , ne pas détruire ....)

     

     

    N'hésitez pas à solliciter un témoin lucide pour vous guider , une personne qui va objectivement vous dire si vous en faîtes trop (ou pas assez).

     

    Ne vous fiez pas aux « grands » du monde canin , vous ne voyez  que les résultats et pas leur quotidien.

     

    Il vaut mieux quelqu'un qui prend son temps pour monter son chien et qui ne fera que des résultats que vers les 3-4 ans , plutôt que quelqu'un qui en fait une machine à podium déséquilibrée à souhait. Et je ne parle ici que de l'aspect comportemental ...

     

     

    Après tout va dépendre de vos objectifs … aimez vous les chiens , ou aimez vous la compétition ?

    Sachant que vous pouvez très bien allier les deux en respectant vos chiens psychologiquement et physiquement ... mais cela demande plus de temps, comme toutes les bonnes choses et une remise en question permanente.

     

    Caninement votre,

     

    Fanny Walther

     

    Accueil

     

     


    5 commentaires
  • Les chiens-jouets de Noël …

     

    Les chiens-jouets de Noël …

     

     «Papa , maman … pour Noël je veux un chien !» .De nombreux parents ont eu à faire face à cette envie de leur adorable bambin.

     

    Certains succombent à cette folle demande et peut être envisagez vous d'aller gonfler leur rang.

     

     

     

    Réveillez vous et reconnectez moi immédiatement ces neurones , c'est un ordre !

     

     

     

    I- La folie de Noël

     

    L'euphorie des fêtes nous fait perdre le sens des réalités.Notre envie de faire plaisir à tout prix nous fait oublier les conséquences de certains achats , le retour sur Terre peut faire très mal. Car s'il est facile de se débarrasser du tambour offert à Quentin par Mamie Suzette, il est beaucoup plus problématique de trouver une solution pour Médor.

     

    Il faut en être conscient , pour la plupart des enfants le petit animal est un jouet parmi d'autres. Même si votre chérubin montre beaucoup d'enthousiasme les premiers jours il va vraisemblablement très vite se lasser de son nouveau compagnon et surtout des obligations qui lui sont associées.

     

    Après avoir subi : troubles comportementaux (du chien ou du maître) ,malpropreté (du chien) , destruction , dispute , insomnie...(liste non exhaustive).Diverses solutions s'offrent à vous :

     

    Solution n°1 : Abandon

     

    Solution n°2 : On se rend mutuellement malheureux et pour plusieurs années (youpi)

     

    Solution n°3 : Et Paf le chien …(ceci est une blague évidemment )

     

    Bon … parfois vous êtes séduits et vous prenez volontiers en charge l'animal et tout se passe bien… enfin … à peu près.

     

     II – Chiot à Noël , problèmes à la pelle

     

    Les chiens-jouets de Noël …

     

    Noël est ce la meilleure période pour adopter ?

     

    Votre adorable chiot est enfin là et vous êtes sous le charme total … mais il n'est ni propre ni éduqué et là c'est le début de votre fin. (bon vous inquiétez pas j'peux vous aider!)

     

    En décembre il fait froid , il pleut ,la nuit tombe assez vite … bref c'est pas la joie et surtout une accumulation de mauvais points pour démarrer au mieux l'éducation de votre animal.

     

    De plus après les fêtes il faut reprendre le travail (si si!!) et laisser l'animal seul , il faut savoir que l'adaptation à la solitude requiert un apprentissage.

     

    L'idéal est d'adopter d'avril à juillet de façon à profiter d'un temps plus clément.

     

    Poser une semaine de congé est également conseillé afin de mettre en place l'éducation de base et d'introduire des périodes d'absence pour l'apprentissage de la solitude.

     

    Si c'est votre premier chien , je vous conseille vivement de faire appel à un éducateur canin utilisant le renforcement positif (il existe une carte regroupant les éducateurs par régions). Il est plus que souhaitable de faire participer toute la famille aux séances afin que tous prennent le meilleur départ possible.

     

     

    III – Les questions à se poser avant d'adopter

     

    Les chiens-jouets de Noël …

     

    Faîtes une petite séance de brainstorming (remue méninges en français) pour lister les points importants :

     

    A- Les charges financières

     

    Beaucoup de futurs propriétaires pensent que c'est l'achat du chiot l'investissement , malheureusement c'est tout le contraire. Pour vous aider à évaluer les dépenses quelques chiffres.

     

    • Adoption chien SPA : 100 à 200 euros

     

    • Prix d'un chiot LOF : 500 à 1800 euros

     

    • Stérilisation : 150 à 300 euros

     

    • Alimentation de qualité : 30-100 euros mois

     

    • Visite annuelle vétérinaire : 50-80 euros

     

    • Antiparasitaire : entre 50 et 100 euros

     

    • Autres dépenses : jouets , brosses …. 50-100 euros

     

    Ceci correspond aux dépenses minimales quand tout se passe pour le mieux.

     

     

    B-La gestion du quotidien

     

    Maintenant que nous avons parlé d'argent , parlons du quotidien avec le chien.

     

    Il est à votre charge 365 jours sur 365 … Pas de congés chien ou alors il faut s'organiser moyennant finance ( ou très bons amis).

     

    Si sortir le chien est une corvée vous êtes mal barrés ! Dites vous bien que malgré le fait que vous ayez 3000 m2 de terrain, cela ne changera rien au fait que votre chien aura besoin de sortir. Et il faut également être conscient que certaines races ont des exigences particulières.

     

    C-Le choix d'une race adaptée

     

    Que voulez vous faire avec votre chien ? Des randonnées , des sports canins, des câlins sur la canapé?

     

    Ces critères doivent orienter votre choix . N'hésitez pas à vous faire aider d'un professionnel , après tout cela va engager 15 années de votre vie.

     

     

    Et pourquoi pas jouer au père Noël pour un chien de refuge … bonheur garanti !

     


    votre commentaire