• Conseils éducation

  •  

    Le border collie ce génie de chien

     

    Vif , intelligent , sportif ,obéissant, très interactif , très attaché à son maître... toutes ces qualités expliquent que des personnes d’attentes très différentes puissent être intéressées par ce type de chien.

     

    Cependant, il s’avère que les refuges accueillent un nombre croissant de border collie. Cet article va tenter d’expliquer les raisons de cette évolution en vous informant le plus objectivement possible sur ce chien si particulier afin d'éviter les abandons et/ou les troubles du comportement …

     

    En tant qu’éducateur canin , je reçois régulièrement des propriétaires de border en détresse  qui ont développé des tocs, des comportements agressifs pour palier un quotidien hypo ou hyper stimulant.

     

     Think border , live border = Pense border , vit border ...

     

     Le border collie est LE chien de troupeau par excellence. En effet c'est la seule race sur les 342 référencées, pour qui la confirmation (LOF) passe uniquement par une épreuve de travail.

     

    Il montre très jeune un comportement caractéristique de prédation sur les jouets, les congénères, les autres animaux , les voitures , les vélos , les joggers, …. tout type « d’objets » en mouvement  dans le seul but de les contrôler. Si le chien ne fait pas preuve de cet atavisme, ce n’est pas un border collie . Il est vrai qu’il existe une lignée beauté dépourvue d’instinct, mais elle ne peut pas véritablement être rattachée au border collie (C’est comme le canadry dry : ça ressemble à l’alcool , c’est doré comme l’alcool … mais ce n’est pas de l’alcool).

    Il n’est possible de satisfaire aux instincts d’un véritable border collie que par le troupeau, pour la simple raison qu'il a été sélectionné depuis plus de cent ans pour cette utilisation.

     Je vous vois déjà venir : « c'est faux, un border peut très bien être heureux sans troupeau avec une dépense mentale et physique quotidienne suffisante ». Pour répondre à cela j’emprunterai une citation de Jean Piacentino :

     « S’il n’est pas exact de prétendre que le besoin de travail du Border ne peut être satisfait qu’au troupeau, en revanche il est indéniable que pour un chien qui dispose d’aptitudes génétiques en la matière, seul le troupeau permet le plein épanouissement…. On peut « soûler » un Border de promenades, de courses, de sauts, etc. : selon le cas et la manière dont cela est fait, on le détend, on le fatigue ou on le stresse, mais c’est véritablement par le troupeau qu’il trouve la plénitude de son équilibre ». 

     L'instinct est inné , la preuve avec ce chiot border de tout juste 3 mois.

     

    Le border collie cet athlète incompris

     

     Le border , cet hyper-actif !

     

     Souvent j'entends des remarques de ce genre « Un border collie ? Tu dois passer ta vie à le défouler ! » Euh… non, pas vraiment. Mes chiens font partie de mon quotidien, je leur demande donc avant tout de s'adapter à mes activités. Selon mon emploi du temps ils peuvent tout aussi bien être en concours troupeau, en démonstration , en chenil , en cage dans la voiture , que sur le canapé les quatre fers en l'air.

     

     En fait c’est un faux hyperactif (pour rappel l'hyperactivité est une maladie). C’est la surstimulation qui le rend très demandeur! Plus vous sollicitez vos chiens, pensant les fatiguer ou les occuper, plus ils auront besoin d’être sollicités, c’est un cercle vicieux.

     

    ATTENTION il n'est cependant PAS un chien de compagnie pour autant. Bien sûr cela ne signifie en aucun cas qu'il n'est pas en capacité de s'adapter à la vie en maison, aux enfants…… Cela implique simplement que l’on ne peut pas le cantonner à ce rôle. S'il ne peut pas exercer ses talents en troupeau, il va trouver un exutoire, c'est inscrit en lui vous n'y pouvez rien … et lui non plus. Combattre cela serait une hérésie.

     

     Pourquoi cet engouement ? « Brain before beauty » [Les lignées travail]

     

     Pourquoi ce chien est-il devenu le chien de sport par excellence ?

     

    Force est de constater que, en plus de sa polyvalence, c'est un chien de travail qui a un réel « will to please » (envie de plaire , travailler) donc très facile à entraîner .

     A l'instar du border collie on retrouve ces traits de caractère dans de nombreuses races qui comprennent également des lignées travail comme les goldens , les labradors , les bergers allemands , les cockers , les bergers australiens… Ces lignées se distinguent des lignées beautés par un physique et mental adapté à leur utilisation.

      

    Leur confirmation n’étant basée que sur des critères morphologiques , la plupart des chiens issus de lignée de travail sont ajournés donc méconnus du grand public.

     

     Les leçons à en tirer

     

     De plus en plus de personnes sont attirées par des chiens de sports. Ne trouvant pas ce qu’elles recherchent chez la plupart des races sélectionnées sur des critères esthétiques , elles se retournent vers le border collie.

     

    Malheureusement, même si ce dernier excelle dans la plupart des disciplines sportives , s’il ne peut exercer ce pour quoi il a été sélectionné initialement , le troupeau, il a tendance à développer des troubles comportementaux .

     

    Ils sont sans conséquence aux yeux de la plupart des propriétaires puisque acceptés comme la norme .Pour eux un border collie est naturellement un chien , surexcité , craintif, obsessionnel , toujours demandeur …Il faut bien être conscient qu’en fait le chien développe une stratégie pour tromper son manque et que cela traduit un réel mal être.

     

    Il pourrait être intéressant de transposer le mode de sélection et de confirmation du border à d’autres races en tenant compte des aptitudes propres à chaque chien ou de créer une race apparentée au border sans l'instinct au troupeau. Ceci permettrait de contenter un plus grand nombre de personnes : celles désirant uniquement des chiens de compagnie, celles voulant travailler au troupeau, celles voulant pratiquer des sports canins , celles voulant chasser ….

     

    Caninement votre,

     

    Fanny Walther

     

    Le border collie cet athlète incompris

     


    4 commentaires
  • « Pour apprendre à votre chiot à marcher en laisse, lorsqu’il tire donnez une petite saccade, vous allez voir il va vite comprendre » NON , non et encore non …

     

    Imaginez-vous un seul instant la douleur que vous occasionnez ? Pour tester, mettez-vous un collier autour du poignet, qui est une zone peu innervée et vascularisée et donnez des coups de saccades … alors mal ? Dites-vous que la douleur est au moins décuplée au niveau du cou du chien. Attention je ne parle ici que d'un collier simple dit "plat", les colliers étrangleurs ou autres outils de tortures ne seront pas abordés ici.

    Pourquoi ? Regardons simplement ce qu’il y a en dessous de ce cou. Le collier repose sur le larynx, trachée , œsophage , les glandes salivaires, thyroïde , cervicales. A chaque tension, vous créez des lésions … parfois irréversibles.

    Risques Physiques

    -création de lésions pouvant endommager soit les vertèbres cervicales,  les tissus mous (muscles, glande thyroïde, tranchée)

    provoquer une déficience visuelle  par augmentation de la pression intraoculaire ainsi que des dommages au cerveau ...

    Risques psychologiques :

    Par anticipation de la douleur et par une mauvaise association.

     - réactions agressives

    - réactions de craintes

     

    Collier or not collier ?

     

     

     

    De plus ajoutons-y un soupçon de bon sens, si le chien tire et que vous comprimez les voies aériennes … que doit logiquement faire le chien ? Tirer encore plus pour tenter de respirer à nouveau. En voulant supprimer le fait que le chien tire, l’action est renforcée … bref vous avez tout gagné !

     

    Alors que faire ? Primum non nocere = en premier ne pas nuire. Cette maxime est vitale en médecine mais également en éducation. L'éducation doit être un moment de plaisir et de partage avec votre animal.Ici le collier est utilisé pour porter la médaille ou de temps en temps sur des chiens parfaitement éduqués. ATTENTION : au niveau des médailles le bruit permanent est insupportable pour les chiens qui ont une ouïe beaucoup plus développée que la notre , préférez des colliers gravés. Lorsque je dois attacher mes chiens c’est à des harnais. Chez les chiens éduqués, qui savent marcher au pied  l’attache est sur le dos. Pour les chiens en apprentissage j’utilise des harnais type "animalin" (disponible sur le site du même nom) avec une attache sur le poitrail qui permet de mettre rapidement en place une bonne marche au pied de façon ludique et positive ! Les voies aériennes sont dégagées et ceci est indispensable.

     

    ICKY avec un harnais ANIMALIN

     

    Pour les harnais , d'un point de vue anatomique les plus adaptés (pour la majorité des chiens) sont ceux en Y , qui ne gènent pas l'articulation scapulo-humérale (épaule). Ainsi le "bon" harnais va dépendre de la morphologie de votre chien , mais l'idéal étant qu'il ne gène pas la locomotion.

     

    Harnais en Y

     

    Et le harnais qui combine toutes les qualités : en Y + une attache au niveau du sternum le PERFECT FIT disponible sur CYNO WEBSHOP

     

    N’acceptez pas dans les clubs le fameux « collier étrangleur » , vous avez le choix , on a toujours le choix. Vous devez travailler la marche en laisse comme un assis ou un couché , elle n'est pas innée ! Faîtes en un jeu , rendez là amusante et vous allez voir … tout devient beaucoup plus simple avec cette optique ! 

     

    Deux vidéos pour vous donner des idées :

    La marche en laisse :

    La marche au pied

     

     

    http://www.areg-education-canine.fr/

    Notre page FACEBOOK


    3 commentaires
  • Jusqu'où avons nous le droit d'aller ?

     

    Cet article est en réalité une réflexion, il ne faut donc rien prendre au pied de la lettre. (il ne faut jamais rien prendre au pied de la lettre de toute façon)

     

      "La liberté des uns s'arrête là où commence celle des autres" 

    Jusqu'où avons nous le droit d'aller ?

     

    Epi 

     

    Il y a quelques mois , j'ai voulu faire l’acquisition de NACs pour montrer au grand public que tout animal pouvait être « éduqué » , « façonné » et cela en utilisant uniquement le renforcement positif. J'ai donc décidé d'adopter deux cochons d'inde femelles « Epi » et « Cétou ». Mais pourquoi est ce que j'ai réellement fait cette démarche ? Pour apprendre, comprendre ou pour répondre à une mode ? Vraisemblablement un peu des deux. Vous avez sans doute tous remarqué cet engouement pour les NACS , les Gallinacés et même les animaux sauvages ? Des vidéos pleuvent sur internet, des vidéos fabuleuses du reste où l'on peut voir rats , poules , cochons d'inde , furets , cochons , loups , renards , buffles , girafes … exécuter des tours épatants. J'étais également en admiration totale devant ces « dresseurs » qui arrivaient à réaliser ce que j'obtenais parfois avec difficulté d'un carnivore domestique.

     

    Succombant également à ce mouvement , je récupère donc deux cochons d'inde femelles , Epi qui recherche le contact de l'Homme et Cétou un peu plus craintive. J'installe les bestioles dans un grand enclos intérieur , m'étant au préalable renseigné sur leur alimentation, besoins etc.

    Au bout d'une semaine je commence à créer le contact (via le renforcement nourriture) et les deux répondent extrêmement bien. Puis un jour une amie arrive à la maison et me fait la réflexion suivante « tu sais , si tu veux de réels résultats tu dois avoir qu'un animal à la fois , pour créer un lien très fort». Sur le coup l'information a été entendue mais absolument pas analysée, les cochons d'inde étant des animaux grégaires je ne voyais vraiment pas le but de les séparer ce n'était pas éthiquement acceptable ….

     

    Puis viennent les beaux jours et je sors mes bestioles à l’extérieur. Les premières fois , elles sont tétanisées et peu à peu elles prennent de l'assurance et de la dépendance. Dès qu'elles ont la possibilité de sortir (librement) , elles changent instantanément de comportement. Elles répondaient de moins en moins à mes sollicitations mais semblaient avoir repris le goût de vivre (je pensais qu'elles étaient très heureuses dans leur petit enclos intérieur concocté par mes soins), de marcher sur autre chose que des copeaux , des grignoter de l'herbe , de ne plus être sur/dans leurs excréments ...Les remettre en enclos devenait de plus en plus compliqué et c'est à ce moment là que je me suis rappelée la phrase de mon amie que j'ai cette fois-ci analysé et reformulé « Pour avoir des résultats il faut créer une dépendance » et pour créer une dépendance il faut installer un déséquilibre qui va faire que le soigneur , le dresseur …. va devenir l'UNIQUE personne de référence.

     

    C'est à ce moment là que j'avais un choix à faire : Aller vers ce dont les animaux avaient besoin et immanquablement avoir de moins bons résultats ou décider de poursuivre l’expérience en ne prêtant pas attention aux réels besoins et envies de ces deux êtres vivants.

    Choix très simple pour ma part j'ai pris la troisième option (logique , inventer des options ma spécialité!), en combinant les deux , laisser le plus de liberté possible et continuer de les travailler. Choix très simple , mais techniquement impossible. Car plus elles prenaient de l'assurance , de l’indépendance moins elles avaient besoin de moi. Le facteur nourriture n'était plus aussi important puisqu'elles pouvaient se nourrir seules, je n'avais plus de réel moyen de « pression ».

     

    Déçue ? Absolument pas. Plutôt satisfaite même de me rendre compte de quelque chose qui était inconsciemment évident. Actuellement , elles ont un enclos fermé de 10 m^2 et elles peuvent en sortir si elles veulent.

     

    " Rien n'est plus simple que de prendre le contrôle de quelqu'un qui souffre . Il n'oppose aucune résistance "



    De cette expérience personnelle , j'ai voulu aller un peu plus loin en me penchant sur ces animaux youtubiens que je trouvais fabuleux. Après quelques vidéos ,articles , photos cette admiration s'est envolée pour laisser place à un « oui , mais ils ne sont pas heureux ». Il est presque impossible d'obtenir de réels résultats sans créer une dépendance , sans isoler ces animaux de leurs congénères , sans leur créer un « nouvel » habitat certes façonné avec amour mais inadapté aux besoins de l'animal. Et puis pourquoi vouloir obtenir ce genre de résultats ? Qu'est ce que cela peut apporter de montrer que nous pouvons conditionner n'importe quel être vivant ?

     

     

    Je suis certaine que cette scène dans Dr House en a choqué quelques uns ... "cliquer un enfant?! Pourquoi ? " Elle est pourtant dans son environnement elle. 

     

    Pourquoi vouloir tout attacher , tout enfermer , tout contrôler ? Qu'est ce qui est le plus compliqué , dresser un animal ou le respecter ? Sans hésitation le respecter, car il faut voir plus loin que notre simple motivation d’esbroufer le monde et comprendre comment composer avec un animal qui n'a pas les mêmes besoins ou attentes que nous. 

     

     

    Maintenant l'application aux chiens : Elle est la même si ce n'est qu'ils sont d'office dépendants puisqu'ils vivent dans nos maisons et n'ont plus la possibilité de chasser.

    Néanmoins cette dépendance peut et doit être relative. Avant je voulais tout apprendre à mes chiens , le poirier , le salut à reculons , le saut retourné , empiler des récipients , mettre une pièce dans une tirelire. Sans doute pour me prouver que j'avais cette capacité … maintenant ce que je recherche c'est leur coopération alors que j'augmente le facteur liberté. Jusqu'où je peux aller comme cela ? C'est ce que je cherche à savoir.

    Les effets sur mes chiens ? Une stabilité incroyable et un esprit d'initiative exacerbé.

    Pour moi le conditionnement n'a de but que de rééduquer ou éduquer l'animal et il doit être limité dans le temps. Attention , je ne dis pas que les tours , sports canins ou toutes autres activités sont inutiles. Ce sont des valeurs ajoutées. 

     

    Par contre si vous recherchez l'esprit d'initiative , vous ne pouvez plus le sanctionner ...en voulant créer des êtres pensants ,en permettant et en valorisant la réflexion, vous prenez le risque qu'ils choisissent des options autres que les vôtres.

     

     

    Pour conclure cette réflexion un peu chaotique mais j'espère compréhensible, je ne vois personnellement plus de but à sur-conditionner les animaux si ce n'est vouloir épater à tout prix la galerie. Car si nous voulons étudier les comportements des animaux il faut le faire dans leur milieu naturel.Mon but ultime en tant qu'éducateur canin ou même simple propriétaire de chiens est de rendre les animaux que je côtoie ou que j’éduque les plus heureux possible en respectant et composant avec leur physiologie et besoins.

     

     

     


    4 commentaires
  • La balade , un moment sacré !

     

     

    Oui drôle de titre et qui plus est incomplet car la balade est sacrée pour votre compagnon, seul réel moment où votre chien peut être un … chien !

    Je ne vais pas refaire un enième article sur le besoin des balades , je pense que le sujet a largement été abordé.

    Non ce que je veux voir ici avec vous c'est la sur-stimulation de nos chiens en balade , mais également au quotidien . Nous sommes stressés donc nous en devenons stressant pour nos animaux.

     

    Mardi 24 février 2015 , balade avec Madame Y et Mandy

    « Mandy ? , Mandyyyyyyyyyyyyyyyyy !!!!! Tu viens ???? Oh bah ma fifille tu fais quoi ! Mandy t'es où ???? Ah non ne mange pas le caca oulala c'est pas bien ! Mandy stop , pas bougé , assis , tire pas ,TIREEE PAS ! »

     

    Petite mise en situation … mon quotidien avec les clients aux premières séances.

     

    La première chose qui est indispensable à mes yeux est de parler le moins possible. Oui vous avez bien lu , je ne parle pas à mes chiens en balade c'est leur moment à eux rien qu'à eux. Dans la méthode que j'utilise je veux que les chiens aient un esprit d'initiative , qu'ils sachent faire des choix. Pourquoi ne pas trop parler ? Pour ne pas renfoncer des comportements indésirables et pour laisser nos chiens vivre leur vie de chien.

     

    Mais comment mettre cela en place ?

     

    J'utilise des techniques qui vont me permettre d'amener le chien vers le succès sans me battre contre lui. Pour le rappel , j'utilise ainsi la longe , mais d'une façon assez particulière. Elle est au sol et je ne la prend jamais en main. Lorsque le chien s'éloigne je vais sur ma longe , un simple « à coup » (le chien DOIT être en harnais) fait qu'à force de répétitions le chien ne va plus chercher à s'éloigner. Pourquoi ne pas le rappeler ? Car je veux que le chien comprenne « je vais trop loin » = « je ne peux plus avancer » = donc « je ne vais plus m'éloigner si je veux avancer ».

     

    Lorsque nous croisons un autre chien , un jogger , un vélo , je monte sur ma longe pour bloquer « physiquement » le chien et je ne dis … RIEN. L'association c'est le chien qui va la faire et lorsqu'à un moment donné le chien se pose à la vue d'une autre chien ou autre chose là et seulement là je nomme le comportement.

    C'est toujours le chien qui va me proposer , je suis uniquement là pour orienter. De ce fait , par la suite le chien se met de lui même sur le côté à la vue d'un vélo , chien ou jogger. Pratique hein ?

     

    J'oriente voilà la technique , je travaille l'attention et l'envie d'être avec moi c'est tout. Ce qui fait qu'en balade , je peux me promener 3 heures sans dire un mot à mes chiens. Et vous savez quoi c'est reposant pour eux , ils profitent de ce moment , ils chassent , courent ils ont une liberté énorme car une relation de confiance est établie.

     

    Un chien à qui on doit répéter sans cesse les choses c'est un chien qui n'est pas éduqué. Il est robotisé à un geste , à un ton mais il ne comprend pas ce qu'il fait. Assis , couché , à ta place , stop arrête , viens ici ….oui d'accord c'est fabuleux , mais est ce que le chien sait s'adapter et utilisez vous ces comportements à bon escient ?

     

    Quel intérêt de faire asseoir un chien ? Traverser une route , éviter de sauter , mettre harnais / laisse , faire des caresses …...... C'est donc dans ces situations qu'il faut que le chien de lui même vous propose ce comportement. Vous pouvez vous aider évidement de friandises.C'est au quotidien qu'il faut prendre le temps d'expliquer des choses au chien. 

    Ah oui et ...

    Je ne parle pas à mes chiens comme des enfants , tout simplement car je trouve la façon de parler aux enfants « débile ». Ce sont des êtres intelligents alors traitons les avec intelligence.

    Si j'use et abuse de la voix aiguë sur-hystérique avec les chiots ou chiens manquant de motivation ou de confiance je ne le fais pas pour tout , tout le temps car d'une ce n'est pas mon truc , de deux je vais faire une association systématique de cette voix "sur-aiguë" et de trois cela crée bien souvent une surexcitation. Adaptabilité , le maître mot.

     

    Pour conclure , il faut aller plus loin que la simple obéissance pour laisser votre chien libre (liberté relative , j'entends bien) et surtout pour éviter d'avoir systématiquement besoin de répéter les choses encore et encore. Prenez du temps pour mettre en place ces comportements et évitez surtout de parler tout le temps à vos animaux , vous allez voir dans 90 % du temps ça ne sert à rien ou cela induit des mauvais comportements.

     

    Caninement votre,

     

    Fanny Walther

     

     


    1 commentaire
  • Souvent dans mes articles j'utilise des images , situations "humaines" du quotidien pour que cela soit plus explicite , bref je fais ce que communément on appelle de l'anthropomorphisme.

     

    Mais j'ai tort de le faire , car cela va à l'encontre même de ce que je pense. Croire qu'il existe une une unique pensée, peu importe l'individu , son environnement , son histoire,son âge ou son sexe. 

     

    "L'anthropomorphisme est l'attribution de caractéristiques

    comportementales ou morphologiques humaines à d'autres

    entités comme des animaux, des objets, des

    phénomènes, voire des idées. "

     

     

    Dans cet article nous allons tenter de comprendre pourquoi

    l'anthropomorphisme peut s'apparenter à de la maltraitance

    ,lorsque nous attribuons aux chiens des caractéristiques

    humaines.

     

     



    Si à la vue de cette image vous pensez "oh le joli petit couple" , vous avez tout compris ... ou plutôt .. rien compris !

     Vous souriez , j'en suis certaine mais honnêtement qu'avez vous réellement pensé à la vue de cette image ?  "Oh ils ont un beau poil ?". Non , un joli décor , un mâle une femelle une mise en scène = un joli petit couple. Rien de grave , je vous l'accorde cela nous montre simplement à quel point nous agissons de façon anthropomorphique. Et cela altère considérablement notre jugement. 

    Pourquoi ?

    Savez vous pourquoi nous faisons de l'anthropomorphisme ? Parce que c'est rassurant . Savez vous pourquoi nous donnons à nos dieux une forme humaine ? Parce que c'est rassurant … Vous tentez d'attribuer des caractéristiques humaines aux animaux pour vous donner l'illusion que vous contrôlez la situation.



    Je n'ai rien contre le fait que le chien prenne une place importante dans notre vie , d'ailleurs ce serait hypocrite de ma part puisque les chiens sont ma vie. Ils ont un statut significativement différent d'il y a 50 ans , ils partagent nos maisons , parfois nos activités , ils comblent un vide affectif.

    Là où cela devient problématique c'est que nous les considérons comme des semblables. Et ce qui est paradoxale c'est qu'on voudrait les aimer, pire on pense les aimer, mais on leur fait énormément de mal. Nous sommes bien d'accord je ne parle pas ici de hiérarchie , ni de dominance. Si je traite les chiens différemment des humains ce n'est pas parce que je respecte moins l'un ou l'autre , c'est simplement car ils sont différents. Pour pouvoir s'occuper d'un chien il faut connaître leurs besoins, qui ne sont absolument pas nos besoins.

    Nous en arrivons même à des situations dangereuses , un simple malentendu peut dégénérer uniquement parce que nous ne savons pas interpréter ce que nos chiens tentent d'exprimer, le plus clairement possible en plus de ça. « Oh mon petit kiki tu bailles , tu es fatigué mon kiki ? Repose toi dans les bras de maman. Kiki pourquoi tu me grognes dessus. Kiki tu es méchant !». Exemple typique , le bâillement qui est chez nous un signe de fatigue (ou d’ennui) , est chez le chien un signal d'apaisement pour exprimer son mal être.



     Alors il y a différents degrés d'anthropomorphisme et je crois que c'est impossible de ne pas en user, soyons réalistes.L'idée étant de le savoir et de le limiter au maximum.

    Maltraitance ?



    Nous savons inconsciemment ou consciemment que la vie que nous imposons à nos chiens n'est pas la bonne.

    Le quotidien de nos chiens est rythmé par l'ennui et l'attente. L'attente des 20 minutes sur 1400 (une journée) où nous allons prêter attention à eux. C'est une moyenne revue à la hausse car nous nous occupons en moyenne 10 minutes / jour de nos chiens . Affolant hein ?

    Il y a quelques années nous étions tous choqués à la vue de chiens "taillés" , "colorés" en Chine. Maintenant nous pouvons leurs faire faire manucures , les habiller , les parfumer ... Croyez vous vraiment qu'ils en aient besoin ? Ou même , qu'ils en aient l'envie ? A qui cela fait réellement plaisir ?.Pour moi et je m'en excuse (en réalité non!) cela s'apparente à de la maltraitance.

    On peut définir la maltraitance comme tout acte ou comportement physique, verbal ou autre nuisant au bien-être, à l’épanouissement ou au développement de l'animal.

    Vous pouvez vous ruiner en cours comportementaux , en jouets en friandises ,  en fioritures en tout genre , en soins capillaires et compagnie si vous n'avez pas au minimum 30 minutes à accorder à vos chiens / jours en les traitant en tant que "chien"(ceci n'est pas une insulte)... je ne pourrais JAMAIS rien pour vous et vous allez immanquablement rendre vos chiens malheureux.

     

    « Lorsque le subconscient doit choisir entre des émotions profondément ancrées et la logique, les émotions l’emportent presque toujours sur la logique. »

     

    Et c'est là la provenance de nos problèmes. Si nous pensons via nos émotions, ce qui est par définition tout l'inverse de la réelle pensée , nous courrons à la catastrophe. Penser c'est : Former des idées; concevoir par l'esprit, par l'intelligence.

     

     

    "Une chienne a besoin de chiot pour s'épanouir" . Phrase entendue , répétée , déformée ... A votre avis pourquoi est ce que l'on pense ça ? Car les femmes sont "vouées"  à faire des enfants , donc les chiennes le sont également ? 

    Vous imaginez vous ce que cela entraîne que de penser cela ?

    - Abandon

    - Trafic de chiens

    - Souffrance

    - Mort

    ...

    Laissez la reproduction aux éleveurs , ne cherchez pas à reproduire ce que nous reproduisons (ça fait beaucoup de reproduire ça ?) bêtement à cause des normes.

     Et dans la réeducation ?

    Pour les chiens mais en réalité pour tous les sujets, il faut arriver à prendre du recul pour être en mesure d'apprécier les problèmes de la façon la plus objective possible. C'est d'ailleurs pour cette raison que nous, éducateurs canins , nous sommes à même de vous aider … car nous avons un avis objectif (sans affect) de la situation. Nous n'avons pas de "pouvoirs" , de "dons" simplement une vision globale de la situation.

    Lorsque je suis en réeducation , je demande à mes clients de lister tous les soucis. TOUS et l'objectif est de TOUS les régler. C'est en trouvant des solutions aux petits problèmes que l'on règle les gros. Généralement le problème vient de la relation et il en découle une multitude de petits problèmes annexes qui sont parfois pour le propriétaires les GROS problèmes.

    L'idée étant de ne jamais mettre le chien en situation d'échec. Pour ne pas être en échec , il faut "se sentir bien" et être soi. On commence donc toute rééducation comportementale en traitant le chien , comme un chien.



    Bref , arrêtez de "penser avec vos viscères "… prenez du recul et tentez simplement de raisonner, pas « parce qu'on vous a dit que », pas "parce que votre cœur vous dit que" , mais « parce que vous pensez que ».

    Les questions à se poser sont donc "Qu'est ce qu'un chien?" , "Quels sont ses besoins?" , "Suis-je en mesure de les satisfaire?".

    Rappelez vous qu'un chien n'est pas un objet et que même s'il comble un vide affectif il n'est ni votre mari ,  ni votre femme, ni votre enfant ... il est juste ... un chien , mammifère carnivore domestique

     

     


    6 commentaires