• Un chien n’a pas besoin que vous vous occupiez de lui… il a simplement besoin que vous lui trouviez des occupations sans le sur-occuper!

    Késako ?

     Anxiété, hyper-attachement , suractivité , destruction , pleur , aboiement , malpropreté , stress … ont souvent tous la même origine … VOUS !

    A rendre votre chien dépendant (je veux dire encore plus dépendant) , vous allez au-devant de gros problèmes.

    Pour faire simple, encore et toujours un exemple ! La cigarette, vraiment dégoutante au premier test (j’avoue que je me suis arrêtée à cette étape , mais je vais tenter d’imaginer la suite) , au deuxième test toujours pas toptop mais bon la pression collective fait qu’il faut se mettre à fumer. Troisième étape l’accoutumance, quatrième étape la dépendance.

    Exactement la même chose chez le chien : de base , un chien s’occupe seul (ou avec ses congénères). Puis vous arrivez, un brin envahissant mais au fil du temps vous devenez intéressant (friandises , activités , balades , jeux ...) puis le chien ne peut plus se passer de vous.

    Si votre chien lorsque vous vous déplacez dans la maison ne fait que vous suivre => problème.

    S’il ne supporte pas la solitude => problème

    Si vous ne pouvez pas aller aux toilettes tranquille => problème

    S’il se met à détruire en votre absence => problème

    S’il devient malpropre durant votre absence ou au contraire seulement lorsque vous êtes là => problème.

    … je continue ?

    Alors quoi ?

    Plus vous allez laisser d’espace à gérer à votre chien, plus il va monter en pression. Comme vous si vous vous retrouviez seul(e) dans un grand château hyper glauque, sombre et puant l’humidité (c’est bon vous êtes dans l’ambiance ?). Ben je ne sais pas pourquoi au moindre bruit vous allez vous inquiéter , tourner en rond , psychoter  … Idem pour le chien , un espace réduit , un parc , une cage où le chien ne va pas avoir la possibilité de tout surveiller va avoir comme tendance de le rassurer, le sécuriser. Alors que toute la maison à gérer c’est un stress énorme.

    Si vous êtes non-stop à sur solliciter vos chiens, ils vont en demander encore et encore et encore plus (propriétaires de border collie bonjour !). Si vous n’êtes plus capable d’assouvir cette dépendance, il va falloir que le chien trouve une autre alternative => arrêt cigarette => prise de poids car on mange beaucoup plus pour s’occuper l’esprit. Bon chez le chien ça peut se traduire par : destructions, automutilations (ouaip carrément !) , malpropreté , tocs …

    Un chien doit être capable de se poser dans la maison , d’être dans une pièce différente de celle où vous êtes malgré votre présence.

    Pour l’aider à s’occuper sans vous ?

    Des jouets « éducatifs » , remplis de nourriture type kong.

    Des friandises naturelles : sabot de bœuf , nerf , oreilles …

    Le fait de mâchouiller , mastiquer va libérer des endorphines apaisantes pour vos chiens.

    En conclusion : pour un chien bien dans sa tête et tout et tout il faut :

    • Un espace réduit que vous allez pouvoir agrandir au fur et à mesure
    • Des jouets pour l’occuper
    • Pas de sur-sollicitations
    • Des balades quotidiennes
    • Des interactions avec des congénères
    • Si possible une activité avec vous 2-3 fois / semaine
    • Pas de rituel lors des départs "t'inquiètes pas mon kiki , maman va bientôt revenir"
    • Pas de rituel au retour , on fait les choses aussi normalement que possible

     

    Voilà !!!!!!!! Et merci encore et encore pour les partages et les chouettes commentaires !!

     

    Caninement votre,

     

    Fanny

    areg-education-canine.fr

     

     


    votre commentaire
  • DE-CO-MP-OS-IT-ION …

     

    Peut-être le mot le plus important lorsque qu’on aborde le sujet "éducation canine".

    Pourquoi ? Car avouons-le, nous voulons tout et tout de suite. Malheureusement et surtout si on travaille avec des animaux, il faut savoir prendre son temps et fractionner les mouvements/comportements en étapes logiques pour le chien.

    Comme mes clients sont ma source principale d’inspiration je vais vous expliquer via un exemple car c’est toujours plus parlant :

    Contexte : Cours n°3/6 avec Irion cocker de 8 mois entier. Chien très volontaire , actif , pas très patient , gourmand et très distrait.

    Chiens : Lico que je tiens attachée pour montrer l’exercice, Glen en libre et Excel attachée à un arbre. Ils sont les distractions. 

    But de l’exercice : marche en laisse , attention , travail exposition (sur le ring) , que le chien obéisse en toutes circonstances à des demandes simples.

    L’exercice en lui-même : le maître doit se déplacer avec son chien sans tension avec la laisse de façon fluide et si possible avec un chien qui le regarde. Il a le droit si le chien part dans le sens opposé à sa demande de partir lui-même dans le sens opposé. ( mes instructions au propriétaire)

    Que fait le propriétaire ? : (oui je suis sadique , j’aime les voir galérer un temps avant de donner la réponse ) : Il prend la laisse de façon ferme , décidé et pars … dans tous les sens. Le chien reste fixé sur mes chiens et son objectif est de se soustraire à la demande (logique !). De plus le propriétaire monte en pression , râle … je sens l’énervement le gagner alors que je suis à 10 mètres , imaginez-vous le chien ...

    « Punir l'échec est le meilleur moyen pour que personne n'ose. »

    de Jack Welch

     

    J’interviens :

    Je fais remarquer au propriétaire l’état du chien , car en plus de ne pas réussir l’exercice il en venait à bloquer son chien. Et c'est ça qui est grave ... Si les étapes vous semble logiques , elles ne le sont absolument pas pour le chien. Vous voulez apprendre à faire le grand écart (oui l'exemple est étrange mais vous allez voir ...) , vous ne pouvez pas le faire directement ? Il faut de la souplesse , de l'entraînement , bref différentes étapes ?! C'est excatement la même chose pour le chien. "Franchement une marche en laisse alors qu'il y a des copains en liberté dans un chouette endroit ... faut pas déconner non plus" (dixit Irion).

    Dans un premier temps , je souhaite que le chien marche sans tension. Pour ce faire, je demande un arrêt systématique du chien en assis ou position neutre (sans demande de la part du propriétaire). Si le chien n’est pas avec lui , il part dans le sens opposé : ainsi on recrée du mouvement , des interactions possibles. Le chien est en harnais avec attache au poitrail , cet exercice est à proscrire en collier même plat.

     Si le chien décroche à n’importe quel même des chiens/environnement pour se remettre sur lui je lui demande de récompenser. L’idée étant de conduire le chien ,le chien doit avoir l’envie d’être guidé et pour avoir cette envie il faut qu’il ait confiance , que le propriétaire soit plus intéressant que tout le reste. Il faut aussi que le propriétaire ait une idée bien précise de ce qu'il veut obtenir, où il veut aller et pourquoi ? Si le chien trouve que vous doutez , c'est déjà terminé. Comme un partenaire de danse , s'il vous marche sur les pieds et vous fait trébucher/ tomber ... vous n'allez plus avoir confiance. Notre chance étant que le chien refait assez rapidement confiance malgré nos innombrables erreurs quotidienne.

    « Se réunir est un début ; rester ensemble est un progrès ;travailler ensemble est la réussite. »

    de Henry Ford

     

    Deuxième étape : le regard avec des arrêts très fréquents et beaucoup de friandises.

    Troisième  étape, on enlève la laisse et on slalome entre les chiens. En y allant progressivement, en réduisant peu à peu les distances Irion/autres chiens.

    Concrètement les grandes étapes , celles que le propriétaire a vu :

    Marche en laisse sans tirer > Regard avec marche en laisse> On enlève la laisse et idem

    Maintenant les étapes pour Irion

    Connexion avec le maître : en s’éloignant des autres chiens et en récompensant des exercices de bases > Marche en laisse sans tirer en lui expliquant qu’à chaque tension , il y a avait un arrêt systématique > Lorsqu’il y a un arrêt = on récompense le regard , pour travailler cela il faut capturer ce comportement en statique > Combiner avec des récompenses très fréquentes marche en laisse fluide + regard > L’étape de la laisse a été la plus facile car le chien était avec son maître , il a simplement du s’approcher par étapes des autres chiens et dès qu’il sentait Irion déconnecter , se reculer et lui redemander de l’attention.

     

    C’est simple à la lecture mais si compliqué en pratique. Alors si jamais vous buttez sur des exercices, pensez-y … DECOMPOSEZ !

     

    areg-education-canine.fr


    1 commentaire
  • La muselière … ou pourquoi museler un chien ?

     

    Je ne vais pas parler ici des chiens catégorisés car c’est une obligation légale que de les museler, mais de tous les autres …

    La muselière en France ? Tout un débat ... et pourtant chez les anglo saxon c'est monnaie courante. Et bizarrement on dénombre beaucoup moins d'agressions ... coïncidence ?

    Un chien muselé ne peut pas mordre, ne peut pas se retourner, ne peut pas pincer … et ça c’est un très gros avantage. Car le souci majeur en rééducation comportementale c’est la peur qu’a le maître de son chien. La peur de se faire mordre et la peur que le chien se retourne contre les autres chiens, personnes …

    Bien souvent ils s’enferment dans une routine où le chien ne peut plus sortir devient hyper vigilant, irritable ... car il n’a plus d’interactions et plus la possibilité de se défouler physiquement. Bref ça devient un véritable cercle vicieux.

    Un chien ne devient pas réactif sans raison … et même s’il est utile de savoir pourquoi , la réelle utilité est de savoir comment on va pouvoir réinsérer le chien dans « la vraie vie ».

    Comment procéder ? :

    Il faut reprendre les sorties en travaillant de façon positive à la maison les comportements de bases mais surtout en se focalisant sur les auto contrôles (s’asseoir ou se coucher en toute circonstance) et les distances de confort.

    Qu’est-ce qu’une distance de confort ou zone de confort ? C’est la distance où le chien ne va pas réagir … il va être zen. C’est d’ailleurs sur cette distance qu’il va falloir travailler , il faut la réduire petit à petit pour que le chien accepte de se rapprocher de ce qui le fait tant réagir. Il faut y aller par étapes et si le chien se met à réagir reculer et retrouver ce point de confort. Petit à petit le chien va accepter de plus en plus et même va interagir avec ses congénères ou ce qui le rend réactif. Mais attention le premier objectif est de le rendre stable à proximité de ce qui le rend réactif.

    La muselière ... la bête noire ... et pourtant !

    La muselière ... la bête noire ... et pourtant !

    Les autos contrôles c’est quoi ? Une simple association systématique du « je m’arrête tu te couches/tu t'assois ». Cela aide le chien à descendre en pression et à mieux le gérer.

    Petit exemple en image pour mieux comprendre :

    Gadjo 3 ans , mordeur sur chiens / humains. 

    Il voit Glen au loin (50 mètres) et commence à accélérer de lui même

    Son maître le stoppe et se met devant lui (pour l'empêcher de voir Glen) , il attend que le chien de lui même se couche (AUTO CONTROLE)

    20 minutes plus tard , il est possible de croiser un chien sans réaction , longe lâche.

    Idem pour Prune 3 ans , hyper réactive sur presque tout ce qui l'entoure.

    La muselière doit être introduite correctement et surtout par association positive. Elle ne doit en aucun cas être associée à une punition.

    Les différents modèles : 

    DANGER DE MORT : cette muselière ne permet plus la thermorégulation , elle ne doit être portée que sur des très petites durées.

    Muselière type Baskerville (dispo sur zooplus) : le chien peut haleter , boire et vous pouvez le récompenser facilement à travers.

    Points positifs

    • La muselière étant visible , vous prévenez les gens que votre chien n'est pas à l'aise , vous évitez ainsi bien des situations désagréables.
    • Le chien ne peut pas mordre , vous êtes donc beaucoup moins stressés.

     Pour conclure : si vous voulez amorcer une rééducation comportementale de votre chien , vous devez vous sentir en CONFIANCE. Si ce n'est pas le cas vous ne pouvez attendre de votre chien qu'il soit dans un état stable.La situation est déjà compliquée pour vous deux n'allez pas en plus de cela vous donner des craintes inutiles. La muselière est un outil fabuleux si bien mise en place et utilisée ... alors pensez-y !

     

    La muselière ... la bête noire ... et pourtant !

    Un grand merci à Morgane Caradec pour les dessins !


    9 commentaires
  • Un éducateur canin … oui mais comment le choisir ?

     

    Profession qui se développe de plus en plus avec du monde sur la marché mais il devient d'autant plus compliqué de s'y retrouver.

    Alors comment choisir un « bon » éducateur canin ? « Bon » entre guillemet car c'est assez subjectif … voici donc mon avis ...

     

    Avant toute chose vous avez deux grandes méthodes , l'éducation traditionnelle et l'éducation moderne (dite positive , terme dont je ne suis pas fan du reste!). Quelques explications s'imposent pour ne pas s'y perdre.

     

    L'éducation traditionnelle part du principe que peu importe l'état du chien , son environnement , son passé ce dernier se doit de répondre à la demande. Une contrainte physique et psychologique est envisageable. Il y a des résultats on ne peut pas le nier , est ce qu'on respecte le chien ? Là c'est une toute autre histoire.

    L'éducation « douce ou amicale » elle se base sur l'éthologie canine et avant de faire obéir un chien va chercher à savoir pourquoi il n’obéit pas. Car il y a toujours une raison cachée , le chien est un animal extrêmement volontaire . On a tendance à utiliser la récompense (friandise , caresse , voix) pour renforcer les bons comportements et ignorer (lorsque c'est possible) les mauvais. On tente de toujours mettre l'animal en situation de réussite , la valorisation des bons comportements , des bons choix est la trame de cette méthode.

     

    Voilà pour la théorie … maintenant passons à la pratique. Pour moi un bon éducateur est quelqu'un

     

    - de patient

    - de cultivé (il cherche les nouveautés , se forme constamment)

    - d'ouvert : c'est bien d'avoir une méthode mais il faut pouvoir s'adapter aux clients et aux chiens

    - de disponible 

    - il se doit d'avoir des chiens

    - il doit savoir lire parfaitement les chiens , les codes canins

     

     

    Et vous dans l'histoire :

     

    Premier conseil : ne vous focalisez pas sur les diplômes. L'éducation canine est un feeling et même si on peut apprendre énormément de théorie , la pratique c'est la clé. Une liste de diplômes n'est pas un gage de qualité. Ceci ne veut pas dire qu'un bon éducateur n'a pas de diplômes , on est bien d'accord.

     

    Deuxième conseil : Visitez le site , regardez si vous trouvez des vidéos. Ne pas hésiter à taper le nom de la personne dans « google ». Parlez en autour de vous , le bouche à oreille il n'y a rien de mieux.

     

    Troisième conseil : Appel téléphonique , n'hésitez pas à poser toutes vos questions. Parlez de tous les problèmes dès le début. Je vous déconseille donc la prise de contact par mail.

     

    Quatrième conseil : Le client est roi , c'est votre chien , vous avez le choix. Je demande régulièrement à mes clients « est ce que cela vous convient , est ce que ça vous semble logique ? » La thérapie doit vous convenir sinon vous n'allez pas l'appliquer. Posez des questions et n'hésitez pas à dire non. C'est à l'éducateur de s'adapter , même si vous avez à faire des efforts cela doit être supportable.

     

    Cinquième conseil : Il faut avoir confiance … une relation de confiance est un relation saine.

     

     

    Et surtout ne tardez pas pour entrer en contact car plus vous attendez plus les problèmes comportementaux vont s'aggraver.

     

    areg-education-canine.fr

    Comment choisir son éducateur canin

     


    2 commentaires
  • Evidement que oui !

     

    Peut on renforcer autre chose que des comportements désirés ?

    Un article qui ne va pas forcément aider les « pros » ou les « avertis » mais qui je pense, sera plus que bénéfique pour Mr et Mme tout le monde.

    Lorsqu’on parle de renforcement en éducation canine , on prône le renforcement positif . l’idée étant de donner l’envie au chien, par le biais de récompenses ,de reproduire des comportements. 

    Exemple : renforcer le assis , avec un bon timing et des friandises , c'est simple , logique et efficace.

    Mais on peut aller également dans le sens inverse et c’est là que cela devient complexe, puisque malgré nous , nous renforçons des comportements pas forcément désirés.

    Un exemple que je donne toujours à mes clients pour illustrer un peu le problème.

    Votre chien vous saute dessus … que faites-vous ?

    Possibilité 1 : « ah non kiki , tu ne sautes pas ! »

    Possibilité 2 : « un coup de genou dans le poitrail » ou « les mains qui repoussent le chien » (souvent suite au livre marley et moi ou à des cours en club canin)

    Possibilité 3 : « oh mon doudouuuuuuuuuuuuuuuu ! » (Et c’est là que vous n’êtes pas logique puisque vous adoptez également les possibilités 1 &2)

    Alors la question … mais pourquoi est-ce que mon chien me saute dessus ? Question simple , réponse simple , pour avoir votre ATTENTION. Donc dès que vous lui donnez de l’attention vous renforcez son comportement.

    Possibilité 1 => attention verbale

    Possibilité 2 => attention physique

    Possibilité 3 => vous êtes même en renforcement positif.

    Que faire et comment ? Vous désirez que le comportement cesse ? Alors il faut faire tout l’inverse … Ignorez le comportement.

    Le chien vous saute dessus vous avez deux solutions :

    La première : ne rien dire et lorsque le chien est au sol le féliciter , lui va faire l’association « lorsque je suis à terre , j’ai de l’attention , lorsque je suis en l’air on ne s’occupe pas de moi ».

    La deuxième : lorsque le chien saute dessus, vous vous pivoter. Et idem que pour la première solution on récompense lorsque le chien est au sol.

     Maintenant ce que je vous demande c’est d’adopter des comportements logiques , de voir ce que vous renforcez malgré vous. C’est un peu compliqué au début, ça demande de la pratique mais c’est un régal de compréhension par la suite. Vous allez lire votre chien certes … mais lui va également vous faire pleinement confiance.

    Commencez pas des choses simples et vous pouvez par la suite aller dans du compliqué presque imperceptible même ! C'est là que la réeducation canine s'opère , en réalité c'est une réeducation humaine (mais ça il ne faut pas le dire au propriétaire :) ).

     

    Caninement votre ,

     

    Fanny

     


    votre commentaire