• Et si nous parlions de la sur-stimulation chez le chiot ...

    Lorsque que l'envie de bien faire devient problématique

    et même dangereuse ….

     

     

     

     

    I- « Il faut tout lui montrer , l’emmener partout …»

     

    Qui n'a pas déjà entendu cette phrase ? La plupart des gens estiment

    qu'une sur-stimulation ne peut qu'être profitable au chiot.

    Eh bien , pas vraiment en fait …. S'il est effectivement admis qu'un manque

    de stimulations peut être dommageable ,une sur-stimulation peut

    engendrer des dégâts tout aussi importants.

     

    S'il est vrai que le chiot de 2 à 3 mois semble n'avoir peur de rien

    il est primordial de ne le confronter dans un premier temps qu'à des

    situations positives .

     

    Des découvertes stressantes ne vont pas permettre à « bébé chien » de

    s'adapter avec facilité au monde extérieur , elles vont au contraire

    l'amener à développer des troubles comportementaux (crainte , agressivité

    , fuite , anxiété).

     

    Forcer un chiot (ou un adulte) à dépasser ses peurs est une aberration

    .C'est un peu comme si pour combattre votre peur du vide on vous

    faisait sauter à l'élastique.

     

    Et si nous parlions de la sur-stimulation chez le chiot ...

     

    D'après Grégoire Lacroix :

    « Le stress n'est que la soumission avouée à des

    contraintes non choisies ... » Pour les pros-renforcement positif les

    termes « soumission » et « contraintes », sont difficilement acceptables,

    pourtant c'est le quotidien de la majorité des chiots.

    Ainsi il est courant d'amener le chiot à la sortie de l'école pour l'habituer

    au contact des enfants mais on oublie tous les autres paramètres

    associés à la situation ; à savoir : la circulation , la foule , les bruits , les

    poussettes ... Cela fait trop d’éléments à gérer simultanément.

     

     

    « Le positif est constructif » cette maxime doit être la votre

    pendant la période  2 mois à 8-9 mois de votre chiot.

     

    Ce n'est pas pour rien que l'on appelle cette période la « construction »

    Comme l'édification d'une maison elle doit être planifiée et réfléchie de

    façon à ce que ses fondations soient solides. 

     

    II : Le plan PJP :

     

    Le plan de façonnage est assez simple il doit inclure: Plaisir , Joie , Positif

    (Plan  PJP ).

    Vous devez donc contrôler aussi soigneusement que possible

     

    • l'environnement

    • les congénères

    • les humains

    •  vous même 

     

    Le minimum doit être laissé au hasard .Ainsi chaque congénère rencontré

    devra être connu à l'avance

    pour éviter des mauvaises surprises et donc des accumulations

    d’expérience négatives.

     

     Si le chiot n'est pas à l'aise dans son environnement il faudra cibler au

    plus vite l’élément perturbateur et passer du temps pour le désensibiliser à

    ce dernier (au rythme de l'animal).

     

     

    Et si nous parlions de la sur-stimulation chez le chiot ...

     

     

    Lorsque le chien est confronté à un environnement à risque ( c'est à dire

    n'importe quel environnement avec des stimulations multiples) , il faudra

    limiter la période d'exposition et si ce n'est pas possible veiller à lui

    réserver une période de calme de façon à ce qu'il ne soit pas en alerte

    constante ( sans même parler de stress) et puisse digérer les

    informations reçues.

    Aucun être vivant n'apprend correctement lorsqu'il est stressé. Pour une

    bonne assimilation toutes les découvertes doivent être associées à du

    plaisir (PJP).

     

     

    Pour conclure : les phases clés :

     

    De 2 à 3 mois ½ , le chiot est dans sa période découverte , c'est là que

    vous allez lui montrer le plus de choses (mais toujours choisies avec soin).

    Des congénères , le rappel , un peu de ville , la voiture.... Vous allez

    également construire une relation.

     

    De 3 mois ½ -4 mois à 7 mois (variable selon le chien) : on observe une

    période de peur pendant laquelle le chiot va se mettre à avoir des

    comportements

    inhabituels et surtout inexplicables… pas de panique cela passe. Il suffit

    d'ignorer et éviter de trop stimuler le chiot durant cette période.

     

    A partir de 8-9 mois le chiot a accumulé suffisamment d’expériences

    positives pour faire face à la "vraie vie" . Cela ne vous dispense pas de

    faire attention , mais vous n'aurez plus de mises en situation calculées à

    faire car vous aurez construit un être fort et équilibré.

     

    Caninement votre ,

     

    Fanny Walther d'Areg éducation canine.

     

    Et si nous parlions de la sur-stimulation chez le chiot ...

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :