• Le renforcement positif n'est pas une méthode ... mais une philosophie !

    J’ai commencé à éduquer des chiens à l’âge de 7 ans ...

    Je n’avais à l’époque aucune connaissance sur le comportement canin , j’ai appris via mes cobayes que je 

    remercie aujourd’hui grandement : Patou le basset , Pistache la boxer , Tchimaï le golden , Myrtille la berger des

    Pyrénées et leurs propriétaires qui m’ont fait confiance malgré mon jeune âge et

    inexpérience . J’étais menue et jeune et je gérais mes nouveaux amis 

    au collier étrangleur ( oui oui cette phrase est incohérente !) , car pour le commun des humains la force physique

    est plus viable que la complicité avec l’animal (nouvelle incohérence .... Allez baser une saine relation sur ce

    principe !). Bref tout ça pour dire que j’ai commencé comme la grande majorité par l’éducation coercitive .... 

    par manque d’indépendance intellectuelle sans aucun doute ... 

     

    L'ouverture d'esprit n'est pas une fracture du crâne

     

    Presque 20 ans plus tard (damned que je suis vielle !!) , ma structure montée depuis quatre ans , mes propres 

    chiens , mes expériences , j’ai évidemment évolué. J'interviens principalement dans la rééducation canine et

    je prends énormément de plaisir là dedans.

     

    J’ai compris que le renforcement positif n’était pas une méthode mais une philosophie. Et lorsqu’on l’appliquait

    sur les chiens il était impensable de ne pas le faire dans notre quotidien. 

    En France nous sommes les champions du monde pour les sanctions : notes , contraventions , points en moins 

    sur le permis , punitions , nous soulignons avec délectation les échecs et nous congratulons uniquement les

    réussites finales. Nous partons du postulat simple que tout ce qui est acquis n’est pas à récompenser et que nous 

    apprenons via les sanctions (psychologique ou physique). Le résultat de ce dogme est le suivant : des êtres qui 

    ne vont plus essayer , qui vont moins s’investir , qui vont faire le strict minimum pour ne pas atteindre la 

    punition car prendre des initiatives c’est prendre le risque de se tromper (et donc se faire sanctionner). 

    C’est exactement la même chose pour la gente canine. 

     

    Le renforcement positif n'est pas une méthode ... mais une philosophie !

     

     

     

    Alors attention je vous vois déjà venir «mais avec cette façon de penser il n’y a plus de limites , respect , moyen

    de pression ....» ... C’est tout le contraire .... On renforce ce que l’on veut garder et ignore ce que l’on veut 

    supprimer. Si tout est expliqué de cette façon là , l’éducation se fait comme dans du beurre. 

    Je pense que la mauvaise volonté n’existe pas, chez les humains comme chez les chiens , je pense que tout est 

    explicable et que l’éducateur qu’il soit canin ou humain est obligé de s’adapter pour faire progresser l’être 

    unique dont il a la charge, il n’y a pas de protocole , recette toute faite le maître mot est ADAPTABILITE. Nous

    avons tous notre passé , nos valises (lourdes , très lourdes pour certains) et nous avons tous la possibilité de 

    progresser ( à notre rythme certes). Le chien battu , comme le chien faussement agressif qui a trouvé renforçant 

    d’agresser pour se sentir en confort ....  

     

    Le clicker dans tout ça ?

     

     Bien au final ce n’est pas grand chose ... Car lorsque vous avez cette philosophie vous avez déja fait 90% du 

    chemin le reste n’est que de la technique (timing , lois d’apprentissage , façon de fractionner les exercices ....)! 

    Néanmoins le clicker a des avantages assez bluffants que j’aime utiliser pour accélérer l’apprentissage , car il

    l’augmente de 3 à 5 fois car :

     

     

    - Neutralité 

    - Précision 

    - Fait intervenir la mémoire à long terme 

     

    Je sais que cet outil gène bon nombre de personnes : «déshumanisant» , «créer des robots» ... Mais mes amis ... 

    Nous ne fonctionnons QUE via des conditionnements , l’unique différence est que ce conditionnement est 

    matérialisé par un son perceptible. 

    Je vais travailler parce que je que vais avoir un salaire , je fais la vaisselle pour pouvoir me faire un gâteau , je 

    fais le ménage pour me sentir bien , j’étudie pour avoir mon diplôme.... 

     

    Une petite vidéo qui illustre parfaitement notre façon de fonctionner :nous sanctionnons l’échec (ici par le rire 

    du petit frère) et ne notons pas les réussites. 

    La finalité est de faire les lacets mais .... Il y a beaucoup d’étapes à récompenser avant d’en arriver là et surtout 

    différentes façons d’y parvenir ! 

    On peut sanctionner chaque erreur (un simple non , ou rire suffit), ou alors fractionner l’exercice en multiples 

    réussites en gardant l’envie , la motivation et en valorisant l’apprenant. «Tu t’es trompé ? Et ALORS ! Je vais 

    changer quelque chose pour que tu y arrives , en réduisant mes critères d’exigences , en m’adaptant à toi pour

    que tu puisses réussir.» . Car la vraie leçon ici c'est que ce n'est pas à l'apprenant de s’adapter mais bel est bien 

    à son professeur ...

     

     

    Depuis avril 2016 , j'ai la grande chance de pouvoir travailler dans deux SPA afin de former les

    salariés et bénévoles.

    Je dois ainsi gérer des humains et des chiens et il est essentiel pour moi de valoriser les deux !

    Je savoure chacune de mes interventions tellement elles sont riches en échanges ... je ne pensais pas en retirer

    autant  ! Voici une session sur une chienne qui refusait de monter en voiture. Vous pouvez trouver d'autres

    vidéos sur la page facebook si vous le souhaitez. Ma fierté ici c'est le travail de Catherine et la coopération de

    Saya.

     

     Merci d'avoir pris le temps pour cet article caninement votre

     

     

    Fanny  

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :